Un vrai régal, cette rando sur le Granier ce jeudi 16 Août

 Il y a un an à 1 jour près, nous avions escaladé le col du Granier à vélo. Guy a choisi de nous faire découvrir le sommet du Granier en rando pédestre ce jeudi. Nous étions accompagnés par Odile et Christian. Le départ se situe sur la commune d'Entremont-le-Vieux, et au bout d'une heure on atteint le col de l'Alpette qui débouche sur des Alpages.

Là un panneau nous alerte sur la menace que constitue le loup sur les troupeaux de moutons.

Nous avons apercevons le Mont Blanc que nous verrons de mieux en mieux lors de notre progression vers le sommet. Il nous faut monter dans une cheminée, équipée de barres et de câbles. Puis sur notre droite, ce sont les lapiaz ouvragés par l'érosion, sur lesquelles peuvent pousser des conifères. Tout ce que l'on aperçoit est époustouflant, et on se ressent très humble au moins le temps de la rando. Nous arrivons au sommet du Granier, à une altitude de 1933 m, avec de magnifiques vues à 360° sur les Alpes, lac du Bourget, les Bauges, le  massif du Mont Blanc, la combe de Savoie Belledonne, et bien sur toute la Chartreuse.

Nous continuons jusqu'à l'extrémité, marquée par une croix banale en béton, nous sommes parmi les derniers à la voir, il est interdit de s'en approcher, car la falaise va très prochainement s'écrouler comme cela s'est produit en 2016.

 Marche arrière avant le grand saut et retour au sommet, ou nous dégustons notre pique-nique.

Puis c'est la descente, où dans un couloir nommé la Balme à Colon, nous pouvons admirer les qualités du bouquetin, excellent rochassier, en fait, toute une famille est rassemblée là, peu farouche.

Plus loin, nous pénétrons dans la Grotte de l'Ours, pour en sortir  à raz la falaise. Dernière descente dans la hêtraie pour rejoindre la voiture au bout de 5 bonnes heures de marche, de grand bol de nature et de bonheur

DC

Tous ceux d'entre vous qui veulent venir partager nos aventures sont les bienvenus, Guy pourra vous donner le programme et vous faire une démonstration de roulé boulé


Les Baronnies Provençales, le 14 Août

Il est 5h30, c'est temps de quitter Villars et son crachin pour trouver le soleil au sud de Valence. Nous nous posons à Puyméras dans le Vaucluse à côté de Vaison la Romaine. Installés sur nos vélos nous remontons au Nord-Est, au milieu des oliviers, des vignobles, des abricotiers et bientôt les champs de lavandes. tout au long de notre parcours, nous passons près de petits villages accrochés à leurs rochers, sous la protection d'un château ruiné, ou nous les traversons. C'est le cas des Pilles, avec un immense rocher enchaîné, pour empêcher sa chute su le village. Nous escaladons plus loin les lacets  de la Bâtie Verdun au milieu des vergers, puis c'est le col de Peyruergue, pas tout à fait aussi haut que ne l'indique le panneau. Encore une jolie petite cité ancienne: St Auban sur Ouvèze bien restaurée.

Nous abordons ensuite la  "route remarquable" qui nous mène au col d'Aulan, au hameau d'Aulan avec son imposant château, et dans les gorges du Toulourenc. Peu avant midi, nous sommes devant le château de Montbrun les Bains (cité touristique bien animée) et apercevons le Ventoux , on ne le quittera plus pendant tout le retour jusqu'à Puyméras, tout en écoutant les cigales.

 Nous continuons à longer le Toulourenc et faisons connaissance d'un petit restaurant tout en étage à Savoillan ou nos voisins de table se posent des questions à notre sujet, avant de nous transmettre leurs encouragements.

Nous reprenons la route du col des Aires, nous nous arrêtons pour admirer le village perché de Brantes ... tout au fond de la vallée, au pied du Géant. Après le col de Fontaube c'est la magnifique descente sur l'Ouvèze entre Ventoux et montagnes plus modestes, mais impressionnantes tout de même.

Toutes les belles randonnées ont une fin, sauf dans nos souvenirs, et avant de rejoindre notre point de départ, nous apercevons le vieux village de Mérindol les Oliviers sur son rocher, complétement abandonné autour de son château. Magnifique sortie, agréablement sauvage, 110 km, dénivelé 1650 m, que l'on peut faire aussi en voiture.

DC


Mardi 7 Août, c'est au tour du Col du Joly

         La  charmante cyclotte rencontrée dans les Aravis, nous avait recommandé l'ascension du col du Joly dans le Beaufortin.

Ni une, ni deux, nous venons de la faire, avec un départ de Conflans (cité médiévale perchée au dessus d'Albertville). Nous suivons la route de Beaufort déjà empruntée en 2013 en direction du Cormet de Roselend.

L'orage de la veille a rafraichi l'atmosphère et gonflé les petits torrents. Après Beaufort, nous prenons sur notre gauche la direction du col du Joly. C'est alors une ascension bien longue de plus de 20 km.

Nous avons largement le temps d'admirer ces magnifiques paysages bien ensoleillés, avec partout des chalets bien soignés, des églises ou chapelles haut perchées et tout autour de nous des sommets tous aussi élevés les uns que les autres. Nous rencontrons aussi des usines hydroélectriques au fond de la vallée qui moulinent aussi, mais de l'eau amenée par d'énormes conduites forcées; télécabine et télésiège sont au repos.

Nous dépassons le barrage de la Girotte sur notre droite presque vide et atteignons notre col à 1989 m avec son parking déjà envahi par les voitures des randonneurs.

Superbe récompense, ce col constitue l'un des balcons sur la chaîne du Mont Blanc,  c'est grandiose et fascinant, bien que certains nuages s'exhibent sans complexe sur les sommets.

Midi approchant, nous redescendons à Conflans ou la terrasse d'un petit resto nous attend ; le thermomètre a lui aussi largement entamé son ascension vers les 37°, alors que nous visitons cette petite cité touristique: avis unanime, ca vaut le coup.

Retour au pays à  vitesse réduite, la pollution est là avec la chaleur, alors nous sommes dans l'obligation de faire une halte chez notre distributeur de pressions.

DC

 


Samedi 4 Août: c'est parti pour la rando au Grand Crêt d'Eau

  Le Grand Crêt d'Eau constitue la cime la plus méridionale de la chaîne du Jura et comprend 5 crêts entre le défilé de l'Ecluse et la Valserine. D'où vient ce nom, peut être Credo, ou une référence au Rhône.

Guy et moi partons pratiquement du fort l'Ecluse du haut de bon matin, ce qui nous évite de gravir les 1165 marches qui séparent les 2 forts. Une grosse escalade nous attend, et entre 800 et 1000 m d'altitude nous affrontons des colonies de chenilles de pyrale et leurs toiles qui ont fait crever tous les buis. Séance  d'échenillage obligatoire, puis nous bordons alors l'impressionnante combe d'Enfer. Plus haut et plus loin, nous arrivons au chalet Bizot (altitude 1494 m) qui est à la disposition des randonneurs, et ou nous reprenons de l'eau  de pluie qui alimente la citerne.

C'est ensuite la montée vers les crêts, avec les estives apaisantes, ondulées, parsemées de dolines et de goyas. Nous arrivons au crêt du Miroir, ou nous dérangeons 2 chamois que nous reverrons plus tard. Pour rejoindre le Crêt de la Goutte, nous passons au pied du Crêt du Milieu percé d'une petite balme. Il nous faut ensuite traverser un gros troupeau de génisses paisibles. Enfin nous escaladons le Crêt de la Goutte (1621 m), meublé d'une table d'orientation et d'une grande croix métallique. Petite déception, alors que le temps est splendidement au beau sur nos sommets, les paysages du pays de Gex, du Léman, et des Alpes sont brumeux.

Par contre la vue est plus nette sur le Retord.

Pour rentrer, nous avons droit à une longue descente pas trop difficile en forêt, parfois en prairie.

Au total, 14 km, mais ça ne veut rien dire, 1200 m de dénivelé, c'est un peu plus significatif, 5 h de marche, de la sueur... quelques douleurs dans les genoux et toujours des paysages  exceptionnels au plus près, d'un autre monde qui se mérite.

 

Avis aux amateurs, il y a encore 2 places dans la voiture, pour ces randos que nous alternons avec les sorties vélo.

DC

 

 

 

 


Mercredi 1 Août:  l'Arpett

Le col de l' Arpettaz, c'est un gros morceau à avaler. Partis de la base de loisirs de Grésy sur Isère, nous traversons Aiton, pour rattraper la piste cyclable qui nous mène d'Alberville à Ugine. Cette piste nous évite le centre d'Alberville, nous protège de la circulation et a le mérite de longer l'Arly. A Ugine démarre l'ascension du col. Là nous avons 2 possibilités, soit le gravir par sa face Ouest en 16 km, 1160 m de dénivelé, et 40 lacets, ou par sa face Est 21 km et toujours 1160m de dénivelé. Chacun son choix, et au bout d'un certain temps, même un peu plus pour Alain et moi, nous nous retrouvons les trois au sommet de l'Arpett à 1581m d'altitude. Magnifique vue des Aravis, la chaine du Mont Blanc se laisse apercevoir par moment entre les nuages de brume, ou d'orage. Petite discussion avec une cyclotte affutée qui attendait son mari largué dans les lacets et qui n'a pas manqué de nous prendre en photo. Nous entamons alors la grosse descente et arrivons très rapidement sur Ugine. Il faut préciser que la route du col ne sert à rien, elle permet uniquement de relier Ugine à ...Ugine. Il y a plus simple...

Retour à la base sous une grosse chaleur et un vent contraire et nous profitons d'un ravito très correct bien mérité et bien arrosé tout en regardant les chevaux tellement assoiffés qu'ils vidaient le lac !

enfin arrêt salutaire chez Vivien que nous remercions de son accueil. 

DC

 

 

 


 

Le Salève par Orjobet et la Corraterie

 

Pour varier les plaisirs Dominique et moi décidons de faire une ballade en montagne au Salève.

 

La montée commence au-dessus de Collonges et tout de suite la pente est raide et caillouteuse.

 

Après plusieurs épingles nous arrivons au niveau des premières barres rocheuses que nous contournons par la droite ou la gauche. Ensuite nous arrivons devant un trou dans la roche, la grotte d'Orjobet que nous empruntons en montée pour la franchir aidés par des câbles et des rampes.

 

Encore quelques centaines de mètres et une nouvelle curiosité géologique apparaît: le trou de la Tine. Suite à un éboulement le ciel se découvre au milieu de la roche.

 

Nous atteignons ensuite le sentier de la Corraterie, une étroite sente  au pied de la barre rocheuse supérieure. A droite le rocher qui nous surplombe, à gauche un à-pic de 500m, glissade interdite et sinon fatale.

 

La fin de la montée se fait sur une pente herbeuse qui nous permet de rejoindre le plateau alpage.

 

La descente ne présente pas de difficulté, lors du passage sur la route qui mène au Salève nous croisons quelques cyclos très entamés par l'effort sur des pentes entre 11 et 13%. A faire un jour peut-être Dom.

 

C'était une belle sortie en montagne, avec de l'engagement et de belles curiosités géologiques ponctuées de panonceaux explicatifs, que nous avons commencé à récupérer autour d'une bonne bière, de quoi donner envie à d'autres collègues du club.

 

Guy V

 

 Le Salève, je connais depuis Dimanche ce magnifique massif jurassique de la Haute Savoie. Nous devions tester nos équipements Lafuma, c’est fait. Nous l’avons fait avec grande satisfaction, sauf pour mon beau T- shirt dont les fibres n’ont pas résisté aux barbelés. Les fibres musculaires de mes cuisses n’ont guère mieux résisté au dénivelé.

 

Donc pour moi, j’ai eu le grand plaisir de découvrir une discipline ou les jambes sont bien utiles, accompagné par un expert en technique, en géologie, en cartographie, en histoire, bref Guy est le Franck Ferrant de nos tours.

 

Plein les yeux,  plein les guiboles,  une rando extraordinaire réalisée en 3 H

 

DC

 


Le 26 Juillet: les collines du nord ouest de la Drôme

 

Départ à la fraiche d'Anneyron, nous voila partis, Guy et moi, vers St Sorlin sans ses rosiers, mais avec plein de poires. Petit détour par Lapeyrouse avec son château fantôme. Puis c'est la montée et descente sur Hauterives. Le facteur a laissé quelques cailloux sur la route, et nous ne pouvons pas approcher du palais, ce n'est pas l'idéal, car il y a beaucoup trop de monde. Très grosse escalade avant Le Chalon, nous passons à Châteauneuf de Galaure, et plus loin devant les ruines du château de Mantaille.

Nous traversons St Martin des Rosiers toujours sans rosiers. et attaquons la Tour d'Albon.

 Guy m'apprend que c'est là que se situe l'origine de l'épopée dauphinoise. Nous franchissions le col de Barbe Bleue, et jetons nos dernières forces dans une dernière féroce montée. Enfin nous terminons notre sortie, poussés par un vent ( peut être du nord mais sans garantie) vers 13h.

Repas de bonne qualité au Bistropapilles et accueil sympa.

Avant d'aller faire un petit tour à Tournon et au creux de la Thine ou nous avons de bonnes adresses, nous nous arrêtons au magasin d'usine Lafuma, pour profiter des soldes sur l'équipement de randonnée qui sera très prochainement testé. 

DC

 


18 Juillet: Retour dans les Bauges

Mercredi notre Guy(de) nous a promené au pays des baujus. Partis d'Ardin (Montmélian), nous traversons le vignoble pentu de Chignin, avec en face le Granier pour témoin. Nous laissons le Mont St Michel sur notre gauche avant de monter à Curienne et de redescendre sur Chambéry. Commence alors les 13 km d'escalade du col de Plainpalais. Après la descente nous abordons le cœur des Bauges ou l'on pouvait apercevoir 4 chamois dont 1 sur son rocher à Ecole. Puis tapis rouge devant les hauts sommets dont certains culminent à plus de 2000 m. C'est ensuite l'impressionnante désescalade du col du Frêne avec ses x virages. Nous prenons le temps de croquer une barquette de frites à la base de loisir de St Pierre d'Albigny. Nous terminons notre périple en traversant les vignobles de Cruet et d'ailleurs. Encore une belle journée !

DC


Saison 2018

      sortie à la Villardoise

 

sorti de sa cuisine, l'aide cuisinier épuisé, est réconforté par ses amis.

Aura-t-il aujourd'hui encore la force de regarder la finale de la coupe du monde du fond de son canapé ?


 Le Tour de France, Etape du 12 Juillet : Toulouse - Rennes

La réalité est légèrement plus modeste, le trio habituel est resté en Franche Comté, avec un départ de Toulouse le Château, un passage à Rennes sur Loue, et une étape gastronomique à Arbois.

Toulouse a perdu son château, mais conserve sur ses hauteurs un haut pan de mur d'une tour. Nos premiers kilomètres, se passent sur les vestiges d'une route digne de nos camarades vététistes qui balisaient hier matin

Enfin des montées civilisées pour rejoindre le premier plateau à 3 reprises ( Passenans, Voiteur et Arbois). Au niveau de Salins, magnifique descente tout en douceur avec très belle vue sur les 2 forts.

Nous rejoignons la Furieuse avant d'aller taquiner la Loue à Rennes et un peu plus loin. Retour par Arc et Senans et la forêt de Mouchard coupée par de nombreuses sommières ( pour plus de renseignements s'adresser à Guy). Arbois à nouveau pour faire un plein bien plein pour pas cher sur une grande terrasse ombragée. Retour par le vignoble d'Henri Maire et de petites routes bucoliques et l'escalade finale de Toulouse qu'au grand étonnement de Guy, Alain et moi faisons sans mettre pied à terre...

Devant la tour, petite causette avec une femme qui a trouvé qu'on avait bien du courage, qui nous a confirmé que le meilleur comté était celui de Lavigny, et qui viendra le 14 Juillet à Villars, pas à notre rallye, mais au parc des oiseaux. Enfin avant de nous rendre à la Fruitière, Guy nous conduit aux proches abords des Forges Baudin avec sa chapelle, sa maison de maître, et une partie de ses anciens bâtiments qui abrite désormais le Mausa, musée des arts des rues.

DC

 


Sortie du 4 Juillet: Ardèche Verte, Haut Vivarais, Parc du Pilat ...

 

Toujours le même trio au départ de Peaugres, petit détour par le col de Fayet puis le village médiéval de Boulieu les Annonay pour rejoindre Annonay. Nous remontons la vallée de la Cance jusqu'à Villevocance et la il nous reste 14 km de montée pour atteindre le col de la Charousse (1241 m). Descente sur Riotord (commune de la Hte Loire chère à Alain), passage au col du Tracol qui fait la séparation entre Hte Loire et Loire . Dans la descente nous empruntons un tronçon de l'ancienne voie ferrée avant de remonter sur Burdignes et son col. Puis commence la descente sur Annonay via Bourg Argental avec vue sur la toute nouvelle Via Fluvia. A  Annonay, cité chère à notre Jean Louis il y a un sympa petit restaurant place du 8 mai. Le repas est servi par une charmante belge, spécialiste de la bière, à qui Guy a déclaré que nous aimions biens les montées, mais que nous avions une belle descente, ce que nous nous sommes empressé de lui  démontrer...

Cela, sous le regard de notre voisine de table qui se demandait si nous serions capables de remonter sur nos vélos, de quoi je me mêle !

Eh oui il faut bien rentrer, encore 20 km et le thermomètre commence à s'affoler. Belle surprise au fond d'un vallon, le minuscule village de Thorrenc dominé par son château. Dure remontée sur la plateau, pleins de champs d'abricotiers, et enfin la voiture surchauffée.

DC

 

 

 

 


30 Juin 2018 :  Randonnée souvenir Dubois-Jacob

Virée en Vercors de l' A.C.S. Cyclo Seyssinet

 

3 circuits proposés par le club, dont le 136 km et 2900m de dénivelé choisi par Guy. A priori c'est un peu trop pour Alain et moi, alors Guy nous a prévu un circuit un peu moins brutal qui permettait de rouler ensemble sur la majorité du grand parcours. A l'inscription on nous a déconseillé cette proposition pour cause de long tunnel potentiellement dangereux, et annoncé que le grand circuit ne comptait plus que 2400 m de dénivelé. Alors nous décidons d'essayer de suivre Guy sur son parcours.

Départ par les voies vertes longeant le Drac et surtout l'Isère et nous battons notre record de platitude avec 41 m de dénivelé sur les 37 premiers km. Mais après la traversée de l'Isère, en empruntant les gorges du Nan, c'est 1200 m de dénivelé continu qui nous attendent jusqu'au col du Mont Noir. Descente sur le col de Romeyère et grosse émotion à Rencurel où une cycliste à gravement chuté.

Passage impressionnant dans les gorges de la Bourne, par une route taillée dans la falaise. Puis après les gorges du Méaudret, nous arrivons à Autrans avec un vent contraire qui a pourtant le mérite de nous rafraichir . Vue sur la surprenante piste de luge 4 saisons. Nous abordons ensuite des montées "douces" avec le col de la Croix Perrin, Lans en Vercors et Saint Nizier. Pour terminer, il nous reste plus que le plongeon sur Grenoble sous le regard bienveillant des 3 pucelles: en 15 km nous perdons 1000 m d'altitude et arrivons vers 15h dans la fournaise...

Très belle sortie, paysages magnifiques, temps idéal dans le Vercors et bon accueil des organisateurs.

En fait le dénivelé total n'a été que de 2200 m, Openrunner ignorant les tunnels  et routes taillées dans les rochers, calcule le dénivelé en passant au dessus.

D.C


Samedi 2 Juin :   La Tracassine

   C'est avec toutes mes pensées pour Christian et sa famille, que je fais un petit compte rendu de notre rallye ardéchois hier. Christian suivait fidèlement le récit de nos sorties.

 

La Voulte, il est 7h20: départ du rallye La Tracassine pour Guy, Alain et moi, en direction de St Laurent du Pape. A partir lde là, très belle montée sur Gilhac et Bruzac. La traversée de Vernoux s'avère périlleuse pour Guy qui a failli emboutir un camion. Encore des montées et une erreur d'aiguillage sur la route de Chalencon nous rallonge le circuit de 10 km. Enfin Chalencon et première descente sur l'Eyrieux. Ravito longtemps attendu sur la voie du chemin de fer au Pont de Chevril, pas de train en ces jours de grève, pas de rail non plus sur la voie... Ravito bien fourni avec entre autre crème de marron Sabaton.

Puis le rallye nous offre le choix  entre la Tricassine qui laisse supposer que le parcours n'est pas de tout repos et c'est le choix de Guy, et la Privatine qui traverse St Sauveur de Montagut, c'est notre option.

Aux Ollières, encore une montée en direction de la route des crêtes avec de fort beaux paysages. Retour sur La Voulte par une descente bien sinueuse.

Repas sympa à l'arrivée, ou les cyclos de Montoison nous invitent à la randonnée du melon le 25 Août.

En attendant Guy dont le parcours approchait les 150 Km - nous seulement 100 - nous décidons d'améliorer notre dénivelé en faisant l'ascension du château (à pied) au travers des ruelles qui nous rappellent St Montan.

Au retour, arrêt traditionnel chez un producteur de fruits (cerises excellentes), un producteur de chocolat, et plus difficile à trouver, un débiteur de demis.

 

Belle journée  hier, l'Ardèche c'est comme la Drôme, on ne peut que se régaler.

Triste journée ce matin.

 

DC


                                                               LUNDI 28 MAI .... COL DE FAY

 

Capitaine de route ==> Daniel B

8 devant le club, mais finalement les 2 cyclotes n'ont pas voulu nous accompagner au col de Fay (680m).

La météo annonçait un temps pluvieux dans l'après-midi, notre capitaine voulait reporter ce parcours et rouler non loin de Villars, mais la forte pression de Dom l'en a dissuadé et nous voilà partis.

Marcel L en pleine forme mène la danse, la plupart du temps en tête du peloton (6 cyclistes), pour nous amener au pied de la côte à Vaux en Bugey.

La montée n'est pas trop difficile (parfois quelques 8,5%), le paysage est remarquable, et les 10 km se font à chacun son rythme.

Nous descendons par Souclin, continuons vers Lagnieu, Chazey et juste avant la montée de Pérouges, la pluie est de la partie, comme annoncé par la météo ( elle ne se trompe pas).

Après 90 km nous arrivons finalement à Villars, trempés, mais contents de cette balade.

Merci Baniel B ....

 LG

 


                                           JEUDI 24 MAI 2018 .... CHATEAU DES ALLYMES

 

Capitaine de route nommé ==> Marcel G ( nous a fait fausse route ... manquant à l'appel)

Capitaine de route de substitution ==> Jean-Paul ... et tous les autres qui ont dévié son parcours !!!

Toujours nombreux au départ, un peu moins à l'arrivée.

Comme d'habitude (disait Claude François), il faut faire 30 km pour s'échauffer avant d'entreprendre une montée (vu nos âges avancés).

Le premier abandon a été le groupe à Claudius, puis quelques kilomètres après, le groupe des fédéraux.

Il ne subsiste que le groupe à Gilberte ... arrivés à Ambérieux en Bugey nous prenons la route vers les Allymes puis redescendons par la même route afin de ne pas rallonger le parcours, puis montée du Bettant, Leyment, montée de Gévrieux, Joyeux et enfin Villars les Dombes ...

Que ça fait du bien de rentrer au bercail ... pendant 93 km (4H00 de route) la région glutéale de notre anatomie étouffait, arrive le moment de l'aérer et de la détendre !!!

Tout le monde a été très satisfait de ce beau parcours ... même Gilberte (bravo)

 LG

 


                                       Dimanche 20 mai 2018 ... au rallye de Misérieux

Nous avons fait ce rallye particulièrement apprécié par notre ami Paulo, dont il connaît tous les recoins et toutes les bosses. Après avoir parcouru toutes les ruelles de la cité de Lapeyrouse, le Beaujolais c'est son domaine et pas que pour ses routes et ses paysages magnifiques ...

Durant le parcours, Paulo ne s'est jamais plaint d'une quelconque fringale, mais ses artères avaient besoin d'un peu de liquide rouge rubis, que l'on trouve aisément partout dans cette région, mais JLP l'en dissuada en prétextant que ce n'était pas l'heure, qu'il y avait encore beaucoup de descentes et qu'il fallait tenir le guidon très ferme.

Ci-joint photo de groupe avec Paulo en tête dans la montée de Vaux en Beaujolais et photo du plat à l'arrivée (de quoi remplir tout juste une dent cariée)

LG

 


Mardi 16 mai 2018 ... visite du haras de JLP

 

JLP a proposé à Daniel B, Mario et Luis d'aller visiter son haras dans la Dombes, par temps assez nuageux et nous avons eu la pluie sur la moitié du parcours, au retour.

Très honnêtement je ne savais pas qu'il avait des chevaux cet ardéchois. Nous sommes passés par Rancé, Châtillon sur Chalaronne, là il a commencé à pleuvoir legèrement, puis il nous a montré ces 4 chevaux blancs vers la chapelle de Beaumont (ils sont magnifiques ... 1 mâle et 3 juments), puis nous sommes arrivés à Villars un peu mouillés.

Merci JLP pour cette balade de 63 kms.

 

LG


Rallye de Lagnieu ce samedi 12 mai

Denise et Marie-Thérèse deux de nos cyclostotes très courageuses.

Ce fut une belle sortie entre 2 éléments liquides : le Rhône et les Vins du Bugey. Marie-Thérèse a pédalé avec modération comme son ravitaillement. Heureusement la coupe de La féminine la plus expérimentée l'a consolée. Denise a savouré les beaux paysages aux dominantes de vert , les vignes comprises. Et à l'arrivée 6 cyclotes du périple "Toutes à Strasbourg " pétillaient de joie. Et elles viendront toutes à la Villardoise( flyers posés). 

 


                                               Sortie partie haute de la Villardoise le 7 mai 2018

 

Avant d'arriver à la roue à eau de Vonnas (lieu de départ), JLP nous a fait visiter le parking d'Intermarché,  avec sa surface en goudron et sa station d'essence moderne, Jean-Paul et moi avons été émerveillés.

A la roue à aubes, tout le monde nous attendait, donc 11 coureurs pour cette balade en Bresse, un parcours de 83 kms sur des routes vallonnées successives, sitôt en haut d'une colline que l'on apercevait la suivante et ainsi de suite, j'ai failli avoir le mal de mer.

Nous sommes passés devant la discothèque "la clé des chants" près de Montrevel, mais n'avons pas pu entrer car Denise et Gilberte n'avaient la tenue adéquate.

Les dernières collines à franchir nous ont parues difficiles alors que les pourcentages étaient à peu près les mêmes ... très bon parcours pour une bonne mise en jambes avant l'été.

Beaucoup de passages à l'ombre pour se rafraîchir le corps, mais aussi beaucoup de passages en plein cagnard, au vu du beau temps que nous avons eu, et 2 ravitos prévus mais que de l'eau ...c'est déjà pas mal.

Merci à toi Dom pour cette belle balade et pour ton rince gorge à l'occasion de ton anniversaire.

 

LG


Jeudi 26 avril Paulo notre capitaine du jour

    Pour  ce jeudi nous avions 2 défections : Denise pour qui nous avons une pensée et Daniel, qui avait prévu de proposer la sortie prévue lundi , mais qui a eu des contraintes de famille.

    Paul a donc pris les choses en main et comme il a en tête des centaines de petites routes, nous avons donc sillonné notre région a en perdre le Nord.

    Mais le but de notre périple était d'emmener notre petit nouveau Jean Pierre Desbottes chez Georges Blanc. Rassurez vous c'était uniquement pour la photo. De toutes façon il a réussi son test car il a roulé ses 75km a un bon rythme.


 Dimanche 22 avril Sortie VVT avec L' ADAPEI 

Notre amis Jean - Paul nous fait faire une petite balade avec Pascal et un petit nouveau.Claude et Jean Louis l'ont accompagné. 


Dimanche 22 Avril  :  Randonnée des lacs à Belley

 

le CCD avait 5 représentants parmi plus de 2000 personnes, route, VTT, et marche.

Magnifique circuit, beaux paysages variés,  belles maisons de pierre un peu partout,  et le printemps transformé en été  ... ils sont forts à Belley

Du dénivelé, il y en a eu jusqu'aux derniers kilomètres, avec un total de1400 à 1700 m selon les parcours.

Bref, nous étions tous très heureux d'avoir pu rouler sur les routes bugistes, et malgré un fléchage un peu trop "environnemental", nous n'avons pas trop perdu notre chemin.

Petite consolation pour Guy à  il manquait 20 m de dénivelé, il est rentré rhabillé pour l'été.

DC


Jeudi 19 Avril Gilberte en capitaine de route

Elle avait bien préparé son coup pour gérer sa bande de gars, nous l'avons suivi fidèlement mais l'envie nous a pris de rajouter une petite côte a St Julien sur Veyle. Il a fallu aller chercher un Président indiscipliné et ses copains. Mais nous nous sommes tenus tranquille jusqu'à la fin.

Bravo pour la ballade sur les petites routes bien sympa.


Mardi 17 avril Denise Coach sportif de Gilberte l'emmène  gravir le col de porte.

 

 

 

 

 

 

 

 

  Gilberte monte ardemment vers un sommet: 

 

 

 

 

 

 Pas peur du loup ni des vaches ni du coucou.

 

 

 

Viens, ne crains rien.

 

 

 

 

 

 

Aprés une ascension bien agréable.

 

Gilberte et Denise redescendent les yeux rivés sur la route.

 

Heureusement elles ont profité du paysage à l'aller.

 

 


16 avril 2018 Jean Paul capitaine de route

 

 12 cyclos ont répondu présent à la sortie de JPaul , le départs et retardé on attend Luis .

Après un moment d'attente le pelletons s'élance avec un petit nouveau, direction Lachassagne. Après quelques km sur la route de Saint Olive on aperçoit un cyclo, c'est Polo qui à rusé pour nous échapper, mais le pas de soucis l'œil avisé de Claude le repère et cri c'est Paul, notre amis Jean Robert tellement content de voir son idole il en oubli de regarder la route heurte la roue de Michel et nous fait une jolie pirouette digne d'un grand cascadeur, heureusement pour lui plus spectaculaire que douloureuse. 

Paul ne peut plus nous échapper et contraint il se résigne à venir avec nous, quelques km plus loin notre amie Gilberte sort du bois, elle aussi voulait se cacher mais pas de bol son chemin nous a croisé et elle aussi contrainte suis la petite troupe à JPaul .

Vers Saint Bernard (pas JPaul) le groupe se sépare en deux Capitaines JPaul et Michel.

Après la montée de la cote de Lachassagne et 80 Km, notre amis Polo pour se faire pardonner d'avoir essayé de ne pas faire cette belle sortie nous offre le verre de l'amitié et on a eu droit en plus à la visite de sa salle de torture et une démonstration de sauts à la corde.

Une belle sortie.

 


15 Avril Marche pour le cancer.

Quelques participants du CCdombes avec une petite pose  chez Jean-Paul et Elianne pour déguster un Saint Véran  


12 Avril Jlp Capitaine de Route 

9 cyclos au départ de cette belle Balade concoctée par Dominique, huit à l'arrivée,  on a encore perdu Mario .

Heureusement cette fois ci  un camion de pompier avec 3 jolies pompières l'a ramassé et ça femme a pu le retrouver entre de bonnes mains.


 Le 9 Avril Première sortie de l'année avec un capitaine de route Marcel notre président donne l'exemple 


Ce 24 Mars, juste avant l'arrivée de l'heure d'été, un rayon de soleil nous a incité à taquiner les reliefs du Beaujolais. Guidé par un GPS capricieux, nous sommes arrivés au sommet du Col de la Sibérie. Photo curieuse ... et hop on la retourne.

Col de Gerbet ensuite et descente sur Pruzilly. 

Traversée de la Saône plus loin qui présente encore quelques signes de débordement.

Retour sur Villars par la route la moins directe...

DC


4 mars 2018 nous avons collaboré avec Courir en Dombes pour l'organisation de leurs duos à Birieux

 

Grâce à nos deux gardiens Claude et Alain les coureurs étaient bien protégés !